Skip to content

mémoire numérique vs. accident cérébral

2013/07/23

Victime d’un accident cérébral qui le laisse amnésique, un journaliste du Forbes India (Charles Assisi) raconte comment il a retrouvé peu à peu la mémoire grâce à ses traces informatiques.

Assisi-Seron-memoire

Après s’être appuyé sur sa famille au début de sa convalescence, il commence à utiliser des carnets puis des outils informatiques. Il installe des logiciels, notamment pour cracker les mots de passes qu’il avait oubliés, et accède de nouveau aux contenus de son ordinateur.

« En quelques jours passés à parcourir des milliers de courriels et mes comptes Facebook, LinkedIn et Twitter – tout en continuant à prendre des notes –, les premiers éléments du puzzle ont commencé à se mettre en place. J’avais maintenant une petite idée de qui j’étais. »

A force de tout consigner dans un carnet, il éprouve le besoin de mieux gérer ses données personnelles. À l’instar des adeptes du Quantified Self, il prend frénétiquement des notes (evernote) et photographie ses interlocuteurs. Il héberge le tout sur un serveur distant.

« si je me retrouve face à une personne que j’ai rencontrée quelques jours plus tôt sans pour autant réussir à me souvenir de quoi nous avons parlé, il me suffit de consulter en douce mon téléphone ou ma tablette pour voir apparaître sur l’écran toutes les informations liées à ma dernière interaction avec cette personne. »

Face aux décisions qu’il est amené à trancher, il prend l’habitude de faire appel à « la théorie des jeux » et il utilise le logiciel omnifocus.
De son nouveau mode de fonctionnement, il tire des enseignements personnels :

« Autrefois, j’étais un animal social avec des amitiés que je pensais profondes, mais, maintenant que je les ai soumises à toutes sortes de modèles, certaines me semblent superficielles et demandent beaucoup d’énergie. Avec l’aide de plusieurs logiciels et modèles mathématiques, j’ai fini par adopter un point de vue radical, puis par n’avoir aucun scrupule à bannir certaines personnes de ma vie.

Cette histoire, qui rappelle en partie le film Memento (http://www.imdb.com/title/tt0209144/), est fascinante quand il s’agit de voir comment l’utilisation des traces numériques aide un malade à retrouver et stimuler ses facultés, mais le récit est aussi dérangeant quand le narrateur aborde son exploitation (déshumanisante) des logiciels pour régir sa nouvelle.

Source : Courrier International, n°1174, 2-9 mai 2013, p.40-43 (Dessin : Emilie Seron)

.

Advertisements

From → Divers

Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: