Skip to content

La prédiction comme religion : Big Data, algorithmes et numérique

2013/07/01

“Mise en données du monde, le déluge numérique” (Viktor Mayer-Schönberger & Kenneth Cukier, Monde diplomatique, n°712, juillet 2013)
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/07/CUKIER/49318
* Article tiré du livre Big Data :A Revolution That Will Transform How We Live, Work and Think (HMH, Boston, 2013)

L’article revient sur l’essor du traitement de données massives (Big Data) ainsi que sur les mythes qui entourent leurs usages. L’hyperinflation des données facilite les techniques de localisation, de profilage, d’analyse textuelle, … Ces usages découlent en partie des progrès techniques et de l’internet : « réduction des coûts de la collecte, du stockage, du traitement et du partage des informations ».

Des probabilités de nos existences

Le principe de corrélation, basé sur l’exhaustivité des données recueillies et le désordre, remplace celui de causalité, basé sur l’échantillon et la méthode.

 “Au lieu d’apprendre à un ordinateur à exécuter une action, comme conduire une voiture (…), la nouvelle approche consiste à la gaver d’informations suffisantes pour qu’il déduise la probabilité qu’un feu de circulation soit vert plutôt que rouge. (…) L’objectif n’est plus de comprendre les choses, mais d’obtenir une efficacité maximale.”

Autre exemple : à partir du milliard de requêtes traité chaque jour aux États-Unis par son moteur de recherche, des analystes de la firme Google prétendent pouvoir détecter en temps réel les foyers de la grippe. Pour ce faire ils comparent leurs données et celles provenant des centres médicaux à l’échelle nationale.

minorit-report-

La mise en données ne concerne plus seulement des documents, elle s’étend aux activités humaines*. Une fois les données agrégées, ces dernières acquièrent une nouvelle valeur, que nombre d’entreprises cherchent à exploiter.

D’autres exemples : la politique de la ville de New York pour prévenir les incendies, le mouvement Open Data pour l’ouverture des données publiques, l’identification des criminels potentiels (comme dans le film « Minority Report ») …

Enfin, les auteurs rappellent la nécessité d’assurer la protection des citoyens face aux collectes opérées par les mastodontes du marché (Google, Amazon, Facebook,…), les « courtiers de données » (Acxiom, Experian), voire leur propre gouvernement comme l’ont rappelé les révélations d’Edward Snowden (Prism, Nsa, …).

En conclusion, les deux auteurs pointent les écueils et limites liés à la fascination pour les statistiques.

Si Henry Ford avait interrogé des algorithmes informatiques pour évaluer les attentes des consommateurs, ils lui auraient probablement répondu : “Des chevaux plus rapides.”

.

* « l’homme est un document comme les autres », O. Ertzscheid http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00377457/

.

+ voir aussi :
http://www.internetactu.net/2013/05/14/big-data-nouvelle-etape/
http://www.christian-faure.net/2013/07/16/big-data-bullshit/

.

.

Advertisements

From → Divers

Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: